mercredi 19 avril 2017

LES SENTIERS DE LA GLOIRE


En 1957 Stanley Kubrick signe "Les Sentiers de la gloire " film sobre en noir et blanc d'après le roman de Humphrey Cobb qui relate l'attaque d'une ligne allemande en 1916 par des troupes épuisées. Imaginé par des généraux ambitieux, incompétents et inhumains le plan est voué à l'échec. Malgré de lourdes pertes, ces chefs accusent les soldats de lâcheté et pour l'exemple font exécuter trois pauvres bougres pris au hasard. Au delà de l'absurdité de cette guerre, de cet épisode en particulier - où les ennemis sont dans le même camp, le film nous parle de hiérarchie, d'arbitraire, de pouvoir... et des mécanismes implacables qu'ils mettent en marche. Kirk Douglas en colonel-avocat soucieux de ses hommes est impérial. La  scène  finale, la plus émouvante montre les soldats au repos, braillards, avinés... fêtant leur propre sursis. Ils chahutent une jeune femme allemande qui chante, terrorisée d'être là. Attendris par la voix, par la grâce, ils se taisent puis fredonnent avec elle, pleurent et se rappellent leur humanité. Jugé anti-militariste: il l'est...ce film ne fut projeté en France qu'en 1975. Méfions nous de toute forme de pouvoir !

lundi 17 avril 2017

CHEMIN DES DAMES



En avril 1917 -dans l'Aisne les Dames ont disparu depuis longtemps. Des moustachus aux godillots plombés de boue, couverts de poux, qui sentent le tabac et le pinard attendent le coup de sifflet de l'offensive. Déroulède a raccroché son clairon: la charge glorieuse  à la "Rosalie" n'est plus de mise... Ici, on meurt découpé par la mitraille, par les obus, brulé  par les gaz. La guerre est devenue moderne. Un ouragan de feu déchiquète les hommes - blancs, jaunes ou noirs. Les industriels s'enrichissent, les planqués se planquent, l'état major ne charge plus sabre au clair à la tête des régiments, mais s'affiche dans l'Illustration, est promu ou muté et meurt dans son lit. Les objectifs sont clairs - 100m de terrain repris toutes les 3 minutes. Les chiffres les contredisent - 200000 français morts en deux mois ! Après Craonne les mutineries éclatent, les hommes refusent cette tuerie. On en fusille pour l'exemple. La chanson d'un anonyme court dans les tranchées, interdite jusqu'en 1974. "Adieu la vie, adieu l'amour, adieu toutes les femmes... C'est bien fini, c'est pour toujours, de cette guerre infâme. C'est à Craonne sur le plateau qu'on doit laisser notre peau, Car nous sommes tous condamnés nous sommes les sacrifiés!" Foin des réhabilitations, des commémorations, des hommages guerriers :  Que fait-on subir aux peuples !?

dimanche 9 avril 2017

INTERVIOU /2

Interview De l’Art ou du Maçon par Ciril K. 
https://t.co/aYl1s4192chttps://t.co/oBxaTddQlb

Hervé H.Lecoq
Radio Libre et de Bonnes Moeurs      ...suite

- RLBM : Les artistes s’organisent souvent en atelier pour tromper la solitude et créer de l’émulation pour se redonner mutuellement l’envie de travailler à se dépasser. Mais pour un blogueur maçonnique dont l’art est souvent solitaire (je sais de quoi je parle), n’est-ce pas un peu paradoxal d’être seul devant son blog tout en ayant une communauté autour de soi ? Et comment l’artiste qui est en vous perçoit ce paradoxe ?

- Ciril.K. : Une chose est sûre. La «bloguerie» est un grand truc de mec seul,  ou de fille…excuse-moi «La Maçonne»… comme la BD d’ailleurs, ou l’art en général. Des heures devant la planche avec tes petits crayons, tes petits pinceaux et ton petit stylo. L’idée à trouver, le thème à trouver, l’énergie à trouver. J’ai choisi de ne pas avoir de commentaires sur le blog. Ni de communauté. Je ne vois d’ailleurs pas très bien ce que c’est. Après la publication, qui est une sorte de délivrance, une  petite joie, il n’y a pas de fumigènes, peu de manifestation de fans avec des  bouquets de roses… Heureusement Facebook relaie un peu tout cela. Des like, des contacts, des lecteurs qui s’expriment, te réchauffent ou t’engueulent. Le net reste virtuel… Mais j’ai tout de même fait de belles rencontres par ce biais-là. Des rencontres en chair et en os. C’est chouette cet outil. Tu te rends compte!? La lumière et les ténèbres dans une pomme…

samedi 8 avril 2017

INTERVIOU /1

Interview De l’Art ou du Maçon par Ciril K. 
https://t.co/aYl1s4192chttps://t.co/oBxaTddQlb

Hervé H.Lecoq
Radio Libre et de Bonnes Moeurs

- RLBM : Alors Ciril bonjour, vous êtes un artiste graphique et plastique je dirai, peintre, architecte, sculpteur, mais aussi un franc-maçon. Auteur d’un site qui se nommait « Journal d’un franc-maçon » et toujours disponible à l’adresse qui sera mise en lien sur la page de ce podcas mais on vous connait surtout pour votre blog « De l’Art ou du maçon » qui est un peu le sujet de ce podcast du jour. Comment pourriez-vous présenter à nos auditeurs le travail artistique que vous y réalisez en 3 phrases?

- Ciril.K : Bonjour Frère Hervé et merci de m’entendre en confession. Alors oui: artiste et franc maçon puisque c’est presque l’intitulé du blog – comme un questionnement: «De l’art ou du maçon?» Au-delà du jeu de mot, il s’agit d’un blog qui traite de franches maçonneries (parfois!!!), d’histoire, de poésie, d’écologie, de politique, d’art, de livres, de films, d’ésotérisme, d’alchimie… Bref, qui essaie de parler d’un maximum de choses  «EN franc maçon» et en artiste. En Franc maçon, c’est à dire de manière la plus nuancée possible…ce qui n’exclut pas l’irrévérence, en essayant d’aller au-delà des apparences, des à priori, des dogmes. En artiste c’est à dire avec un regard décalé, une vision. Je ne sais pas si j’y arrive mais c’est ce que je tente de faire.

mercredi 29 mars 2017

SAINT-EX




... s'envole le 31 juillet 44 à bord de son  Lightning  pour ne plus revenir. Tombé en mer au large de Marseille, il rejoint le petit Prince au delà des étoiles,  laissant le manuscrit de son conte comme testament littéraire - Les circonstances de sa mort demeurent mystérieuses: combat, malaise, accident, suicide... Sur sa table de nuit une lettre: " Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien. La termitière future m’épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j’étais fait pour être jardinier." Cet aristocrate lyonnais élevé au milieu de femmes aimantes, découvre l'air au début du siècle, participe à l' aventure Latécoère de l'aéropostale, se lie d'amitié avec Mermoz et Guillaumet, découvre le désert, la cordillère, l'écriture, devient journaliste, pilote de guerre, s'enflamme pour Louise de Vilmorin, Consuelo et d'autres... devient plus célèbre comme écrivain que comme pilote. Il déplait aux premiers car il ne vient pas du sérail, il déplait aux seconds car il dévoile leurs mystères. Rien n'est simple en ce bas monde ! Un documentaire d'Arte nous retrace l'itinéraire de ce dernier des romantiques, comète d'une époque révolue, celle des chevaliers   aux coeurs d'airain, aux sourires d'ange et aux plumes d'aigle. "Que dire aux hommes?" s'interrogeait celui qui prétendait ne pas aimer le danger, mais aimer la vie:  je ne sais pas, mais le dire comme Saint-Exupéry...

dimanche 19 mars 2017

PLACE À LA RÉPUBLIQUE



A deux semaines d'intervalle, deux places parisiennes accueillent des citoyens : ceux du Trocadéro -immobiles, ceux de la République - après une marche. Pas exactement le même symbole... Les premiers apportent leur soutien à des forces anciennes et à un candidat en indélicatesse. Les seconds réclament un modèle nouveau  dans une refonte des institutions. Le peuple est sans  doute la somme de ces deux aspirations, des autres aussi ; silencieuses, exaspérées et résignées. Sont elles conciliables, réconciliables ? C'est beau une place qui se remplit. Pancartes et drapeaux tricolores, visages glabres ou barbus, filles, garçons, peaux blanches et colorées, casquettes, capuches, bonnets et têtes nues, jeunes, vieux, enfants sur les épaules,  qui s'acheminent vers une tribune - vers des chanteurs, des rappeurs... vers un tribun aux accents gaulliens. Serons nous à la hauteur de ces aspirations? Dépasserons nous nos petits intérêts personnels ou ceux de notre classe, nos divisions, nos luttes partisanes, serons nous au rendez vous d'un projet fédérateur ? Pour que la République ne soit pas qu'une place, une place forte ou financière vidée de son âme,  et que vive la devise Liberté - Egalité - Fraternité !

vendredi 17 mars 2017

BILLET DE 1000




Les chiffres sont des bâtons et les bougies d'anniversaire des lumières. "De l'Art ou du Maçon" a soufflé sa quatrième le 11 janvier dernier et publie aujourd'hui son millième billet. Mille dessins, et presque autant de textes passionnés, indignés, irrévérencieux, fraternels qui  peut être vous ont plu, amusé, énervé, mais qui je l'espère ne vous ont pas ennuyé. Maçonnerie, faits de société, actualité, politique, littérature, cinéma, écologie, ésotérisme, alchimie, poésie... s'envolent au delà des mots, plus rapides que l'œil, plus vifs que la main, guidés par l'esprit qui interroge :
- Mille de plus ...        chiche?
- Le souffle répond :  chiche !             











lundi 13 mars 2017

NERVAL





Homme ! libre penseur - te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose:
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l'univers est absent.












 Gérard de Nerval 1853 Les Chimères

dimanche 26 février 2017

BLUM VS PETAIN


On a oublié  le climat nauséabond qui a baigné les années 30 en Europe. Le racisme, l'antisémitisme, l'antiparlementarisme, l'antimaçonnisme.... ne retiennent pas leurs coups, reléguant nos émeutes de banlieue à des charivaris d'étudiants ! Les idéologies totalitaires de droite comme de gauche hissent leurs bannières prêtes à en découdre. C'est dans cette ambiance que le juif Blum accède au pouvoir en 36  - front populaire, espoir, réformes, grèves, scission... fin de la récré. On connait la suite - Adolf, blitzkrieg, débâcle... Pétain revient aux affaires et fait don de sa personne à la France. "L'homme de Verdun" (à qui l'on refuse cet honneur attribué à Nivelle) devient l'homme de Vichy et combine un programme National à une collaboration active. Il retrouve son vieil ennemi Blum  en qui il voit la cause de la défaite. Le procès ne se passe pas comme prévu. On ne fait pas taire aussi facilement un des grands esprits de son temps. Basta ! Blum est "muté" à Buchenwald. Il en reviendra, et par une de ces voltes face de l'histoire - après être passés l'un et l'autre par le sinistre fort du Portalet, les deux moustachus se retrouveront dans un ultime duel... C'est ce que nous racontent Julia Bracher et Hugo Hayat dans "Duel sous l'occupation "(2013). On peut  voir ce passionnant combat sur YouTube. C'est bien YouTube ! Décidément on vit une époque formidable....

MACRON AU SALON



mardi 21 février 2017

MERCI PATRON

 


Actionnaires s'abstenir ! Monsieur Bernard Arnault qui lorgnait il y a peu l'exil fiscal côté Belgique, son sbire de LVMH et un ex du PS se font piéger dans "Merci Patron". Le milliardaire du Cac 40, soucieux de son image accepte de débloquer quelques subsides et un emploi à un couple d'anciens ouvriers licenciés en échange de son silence. Mais la caméra de  Ruffin (journaliste à Fakir) veille... Dans les années 80 le luxe à la française supprime 8000 postes dans l'hexagone (ancien groupe Boussac-Dior...) pour faire fabriquer depuis en Pologne, en Bulgarie, demain en Grèce... là où la main d'œuvre est moins chère. Coût d'un costume Kenzo: 30 euros revendu 1000 euros. Le cynisme du libéralisme qui ne voit dans ses employés que des pions s'affiche en grand sur l'écran et dans les yeux des Klur qui goutent un instant leur revanche avec bonne humeur. C'est drôle et rafraichissant comme une  bière du Nord. Une ex bonne sœur  mise elle aussi au rebut cite  Saint Mathieu : " ...Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent". Il semblerait Monsieur Arnault que vous ayez choisi votre maître ...

FROMAGE ET DESSERT


samedi 18 février 2017

TÊTE DE VEAU



Quelle étrange période. Inquiétante mais aussi passionnante. Dans un contexte national  pré-électoral , les ténors vieillis et désavoués de vieux partis tombent ou s' engluent dans leurs mensonges hérités de  pratiques sans âge, quand d'autres récitent leurs catéchismes dépassés, nébuleux ou populistes. Quelle étrange période. Ces "sauveurs de pays en doute" ânonnent les pages d' un roman  national hérité du XIXe ou grattent les plaies mal cicatrisées de l'histoire. Quelle étrange période - d'ouverture, de repli sur soi, de communautarisme, de mondialisation, de banlieues qui brulent, de nantis, de paumés, de vrais stratèges, de faux prophètes, de dette, de revenu universel, d'état d'urgence, d'attentats possibles, de réseaux sociaux haineux et narcissiques, de monde en surchauffe, de belles idées, de flic, de fric, de frime... Bon, je vous laisse.  Le samedi c'est jour de marché - Plat du jour chez Dédé, avec un peu de chance - aujourd'hui il y aura de la tête de veau...




mercredi 8 février 2017

PERTURBATEURS ET ENDOCRINIENS




RECHERCHE D'EMPLOI



LETTRE TYPE





Objet:    Candidature au poste 
de Président de la République                                               
                                 

                                    

                                       

Monsieur


Nous accusons réception de votre lettre de motivation pour l'accession au poste de Président de la République et nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre institution. Cependant, après une étude approfondie, nous sommes dans le regret de vous informer que nous ne pouvons pas y donner une suite favorable. Soyez cependant assuré que cette décision ne met pas en cause vos qualités personnelles ni même celles de votre entourage. En vous souhaitant bonne chance pour la suite de vos recherches recevez Monsieur l'expression de  nos sentiments les meilleurs.
                                                                                        
                                                                                           Le directeur des ressources.











dimanche 5 février 2017

LES GUEULES NOIRES



La vérité sort du puits. Que pense aujourd'hui du système un chantre du capitalisme qui observe  un enfant de 12 ans poussant un wagonnet ; les compromissions du patronat minier avec l'occupant et le régime de Vichy qui démantèle les acquis du front populaire ; quand il voit mourir de silicose un homme de 40 ans  sur un lit d'hôpital ou la troupe qui charge les grévistes ? A quoi pensent un descendant de mineur polonais accueilli puis chassé comme un malpropre dans les années 30 ou un fils de marocain -pion oublié et humilié de l'ultime vague d'une main d'œuvre peu couteuse ? A quoi pensent un RMIste un smicard, un chômeur de pôle emploi devant le grisou, l'enfouissement, mais aussi le plein emploi, la cité minière, un logement gratuit et la ferveur d'une classe ouvrière ? France 2 nous propose  (pour quelques jours encore en rediffusion) un beau documentaire sur les gueules noires,  leurs souffrances, leurs combats, leur solidarité, leur culture... Tombés dans le puits a peine l'école terminée,  ces fiers gamins vont du berceau à la tombe dans la cité en passant par le stade, le syndicat, l'estaminet, le bal ou l'hôpital.  Ces témoins, hommes et femmes nous parlent d'une époque révolue, de danger, de la chute inexorable d'une profession tuée par la mécanisation, la concurrence, d'autres énergies... de vie, de mort. De joie et de fierté aussi.  Le documentaire se termine par le dernier grave accident en France : Puits Simon/Forbach/1985/22 morts dont la moitié a moins de 25 ans. La mine - monstre anthropophage dévore ses derniers enfants.  Dans l'ultime  image,  la mémoire enfouie et déjà oubliée d'une aristocratie ouvrière s'évapore dans le ciel comme  un vol de pigeons... pppfffffffff