dimanche 17 mars 2019

LE CRÉPUSCULE DES IDOLES


Etranges les rapports entre Frederich Nietzsche et sa soeur Elisabeth. Leur admiration pour Wagner les rapproche, puis les éloigne, le philosophe ne voyant plus dans le compositeur que le chantre d'un germanisme suranné. La soeur est antisémite, le frère ne l'est pas. Elle part créer avec son mari une  nouvelle colonie aryenne au Paraguay mais ne doit sa survie qu'au secours des populations indigènes. Foutues races inférieures... 1885/ Zarathoustra écrit en 6 semaines, Dieu est mort, le surhomme... Par delà le bien et le mal, l'existentialisme avant l'heure, puis le bug ! Nietzsche est terrassé par une paralysie générale sans doute d'origine syphilitique. Le génie n'est plus qu'une moustache ébouriffée au regard vide au fond d'un lit. La soeur chouchoute dix ans durant le frère vénéré, réalise des compilations de notes éparses et publie " la Volonté de Puissance" que jamais l'auteur du Gai Savoir n'aurait publié en l'état, puis fricote avec le führer dont les théories raciales la ravissent. Elle meurt au coeur du pouvoir nazi en 1935, rejoignant son frère mort 35 ans plus tôt. Frederich prétendait que les femmes des hommes célèbres étaient des paratonnerres. On sait que s'abriter sous un grand arbre ne préserve pas de la foudre... 


dimanche 10 mars 2019

LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNÉ


1829. Un livre parait sans préface, sans nom d'auteur - Long plaidoyer contre la peine de mort. Un condamné anonyme, ni truand, ni héros dont on ignore le crime couche sur le papier ses angoisses avant l'heure fatidique. Victor Hugo ne revendique l'ouvrage que trois ans plus tard et le préface à trois reprises. Il y dénonce un châtiment horrible plus qu'injuste, critiquant la justice, l'église et la royauté. On connait le dénouement en France 150 ans plus tard: 1981-Badinter-Mitterrand... L'engin conçu par le franc maçon et docteur Guillotin finit au musée. Au XXIème siècle, la peine de mort apparait encore comme un juste châtiment dans bon nombre de pays. Méfions nous ici des hommes qui prient Dieu avant de tuer. Une belle conférence d'Agnès Spiquel professeur émérite de littérature à l'Université de Valenciennes, visible sur le Web remet l'œuvre en perspective, lumineuse et intelligente comme la dame. Mais le temps passe... une prochaine fois nous parlerons de torture.

dimanche 3 mars 2019

PORTE-VOIX


Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre  George Orwell

samedi 2 mars 2019

LES RÉSEAUX DE LA COLERE


"C'est un con fini". Le jugement tombe comme un couperet.  Votre post partagé sur un médiatique philosophe normand ne fait pas l'unanimité. En général le point Godwin ne tarde pas... "Goebbels de la pensée, manipulateur, nihiliste"... Forcément et par transitivité - puisque vous appréciez le dit philosophe- vous devenez vous même suspect, un genre de kapo, manipulé, stalinien, bobo altermondialiste... une merde quoi ! CQFD. C'est génial Facebook ! Ce qui devait être un moment de conversation devient une sortie de tranchée sous un tir nourri de mitrailleuse. Essayez aussi avec une patronne de presse rousse, un insoumis, les gilets jaunes, le hijab, le glyphosate, notre président... mais n'oubliez pas bien sûr votre casque lourd.  Si votre truc c'est plutôt la sérénité continuez avec des vidéos de chat, des phrases de maître yogi, ou des photos du Mont Saint Michel. Le like tombera nimbé de cœurs - inodore - incolore et sans saveur. Beaucoup de colère sur les réseaux sociaux, beaucoup de frustration de ne pas être écouté, celle là même qui pousse des concitoyens dans la rue. La république facebookienne se dresse qui plante les têtes sur la pointe agressive du pouce bleu. Certains se disent sans doute: " Aucun fils, aucune fille de la veuve" n'est atteint de ce syndrome de la Tourette numérique, car ceux-là construisent leur pensée à grand coup de truelle, de sagesse de force et de beauté sous l'oeil  affuté de la Providence.
Mmmmhh!!!! Surprise-surprise.


vendredi 22 février 2019

LES NADAR



Oui Les Nadar. Car si la mémoire a retenu Félix,  Adrien son demi-frère, Paul son fils et Ernestine sa femme  ont aussi contribué à l' éclat du pseudonyme. Sous la Monarchie de Juillet puis le Second Empire, en réaction au pouvoir bourgeois la bohème politique, littéraire, artistique parisienne exprime ses attentes, sa fantaisie dans les cafés, les journaux satiriques, les fêtes incessantes ou l'amour libre, l'alcool et les idées nouvelles circulent. Ils rêvent d'un autre monde, de République et de gloire. Félix Tournachon/ Tournadar/ Nadar en est, comme Beaudelaire, Banville, Nerval, Gavarni, Daumier... La société est friande de science et de nouvelles technologies. Lithographie, photographie, aérostat prennent leur envol... Les ateliers photographiques fleurissent. Le tout Paris vient s'y faire tirer le portrait dans des décors de théâtre. Félix crée le sien au 35 boulevard des capucines. Touche à tout génial, écrivain, caricaturiste, aéronaute,  il s'y fait un nom grâce à cet art balbutiant, son réseau et son sens des affaires. Le nom ? Revers de la médaille de cette boulimique énergie. Toute leur vie les protagonistes en réclamèrent l'exclusivité, Félix bien sûr, mais aussi Adrien peintre rêveur et créatif, puis Paul seul photographe de métier et vrai professionnel. L'ego, le désir de réussite, ou la peur de disparaitre les firent se déchirer et s'éloigner. Révélateur ce besoin d'être au centre de l'image, comme s'il n'y avait pas assez de place pour plusieurs ombres sur un tirage.         
-Ne bougez plus vous êtes dans la boite...

samedi 16 février 2019

1919 - LA PARENTHÈSE - 1939


Il y a quelques jours, France 2 nous a offert un bijou en prime time. Deux volets qui retracent notre destin national entre 1919 et 1939. C'est à la fois poignant et magnifique. Les images colorisées apportent incarnation et humanité qui manquent aux images saccadées en noir et blanc. Pays exsangue, paysannerie saignée à blanc, moissons en moignon, gueules cassées, retour des blessés, empire colonial, reconstruction, industrialisation, usines, main d'oeuvre étrangère, conditions de travail, garçonnes/jazz/Baker, crise de 29, chômage, croix de feu, métèques, front populaire, congés payés, visages d'enfants, grondements de canon...Vous voulez comprendre entre sourires et larmes ce qu'est un peuple, la souffrance d'un peuple, l'abnégation et la fierté d'un peuple, vous voulez comprendre les mécanismes qui broient les hommes, vous voulez comprendre le présent... ? Ecoutez le passé. 

dimanche 10 février 2019

BRIGITTE FONTAINE


Ne dites pas : "je ne boirai pas de ton eau. Celle là est une eau rare, désaltérante, précieuse. Pourtant méa-culpa: je suis passé complètement à côté de cette artiste que je découvre sur le tard par le biais d'internet/grand compteur de temps qui garde trace et affiche les outrages. Devenue une vieille dame indigne invitée aujourd'hui sur les plateaux télé pour son look fantasque et sa diction particulière elle fut auparavant boudée par les médias. Le couple déjanté, baroque, décadent qu'elle formait avec Areski son kabyle de mari faisait peur ou rire, ce qui n'est jamais si éloigné. Si vous êtes un peu punk, un peu anar, un peu poète et clown, arrêtez vous et buvez l'eau de la dame au look de libellule. Grillez une cigarette en sa compagnie, écoutez Kékéland, Prohibition, ses opus avec Higelin, Katherine, Cantat, M. votre esprit s'envolera, telle une volute de fumée au dessus des préjugés.

lundi 28 janvier 2019

RIPOSTE



DÉPUTÉ: FAUT-IL L' INTERDIRE ?





















Principe de précaution

Mais commençons par le début. Pardon... le débat. L'idée pourrait être bonne en cette jaune période et apaiserait les esprits. Le côté Cahiers de Doléances, Etats Généraux, Capet aux abois c'est plaisant pour ceux qui connaissent l'histoire. Pour autant, l'idée que les cahiers finissent à la déchiqueteuse n'est pas à exclure. La désillusion n'en serait que plus grande. Patientons donc. Ecoutons notre président lors de son tour de France préciser ses royales intentions. Bon en gros, les politiques n'ont rien vu venir. En vrais pompiers pyromanes ils ont allumé un feu de broussaille et ne savent plus comment l'éteindre. Mais que veulent ces gueux? Faites donner la troupe ! Faquins"... Dans un souci d'apaisement ils tentent aujourd'hui un contre feu avec le Grand Débat.  "Ah tiens, on ne s'en sort pas avec 1120 euros, les hôpitaux ferment, les élèves sont 35 dans les classes, les policiers se suicident, les agriculteurs aussi... mais faisons remonter l'information immédiatement..." Foutage de gueule. 
Vendredi 25 janvier Marlène.S et Cyril.H organisent une émission dans cette ambiance sur C8, chaine culturelle au chroniqueur stylé que le monde entier nous envie... Autant vous dire que les tomates sont prêtes dans mes cartons. J'ai déjà le titre du dessin - Marlène saute au paf - pour l'hommage à Cabu, mais l'honnêteté intellectuelle m'oblige à regarder avant. Et là, surprise. Des revendications sortent du chapeau, sans hargne, autour de la fraude fiscale, des impôts, des services publiques, de l'école, des matières premières agricoles... bref la vie avec de vrais gens et des vrais problèmes. Le genre de revendications que devrait faire remonter votre représentant national puisque précisément il vous représente. Le représentant national? Mais si, le gars qui traine des godillots, se fait souvent porter pâle au boulot, vote pour le glyphosate, s'autorise le casier judiciaire, se soumet aux lobbies, s'auto-augmente. Non, pas le gros poussah indéboulonnable à 7000 euros brut par mois hors frais de mandat et assistants parlementaires; celui à 5000 net, hors indemnités et avantages. Oui voilà; votre député. Le mal classé, qui ne prend jamais la parole, ne propose pas de textes de lois, le cancre.
Conclusion. Si un talk-show de 3 heures obtient plus de résultats que les séances interminables de l'hémicycle, nous savons ce qu'il nous reste à faire: envoyer Hanouna au perchoir, Schiappa au paperboard et le député au tri sélectif. Si ça ne marche pas, restera la déchiqueteuse pour les 7 mesures. Nous aurons économisé quelques sous...il parait que la République en manque.

Bon courage


mercredi 23 janvier 2019

LE JARDIN DES COLONIES


En bordure de Paris, près de la porte Dorée et jouxtant le bois de Vincennes existe un lieu improbable, magique, effrayant, onirique. Dans ce jardin en relative friche se dressent les traces ambigües de notre passé colonial. 
- Ambiance: après midi pluvieux de novembre, vélo, parcours sinueux entre pavillons du Tonkin, de la Guyane, du Maroc... cabanes éventrées, verrières d'un autre siècle, sculptures d'Atlantes, mémoriaux aux bataillons sacrifiés, portiques orientaux, résidus en bois et béton d'expositions coloniales. 1907-1931: une part d'histoire nationale est enfouie là, nourrie de fantasmes, de rêves glorieux, de crimes, de grandeur passée entre Asie et Afrique, entre banlieue chic et SDF du bois de Vincennes. Le temps s'accroche aux branches. La pourriture gagne. Mais les ruines même en carton pâte ont la mort lente. Le jardin d'agronomie tropicale nous interpelle sur ce que nous étions, sommes devenus et nous interroge sur ce que nous serons. Peut-être qu'avec un rayon de soleil ...!? Mais le jardin va fermer et la pluie continue de tomber...

samedi 19 janvier 2019

GOD SAVE THE CUL


Au XVIIe siècle une relative égalité règne -celle des corps, encore que les famines et épidémies font un tri un tantinet injuste dans la population. L'homme le plus puissant de son temps Louis XIV souffre le martyr d'une fistule anale, abcès renforcé par l'utilisation de clystères non stérilisés qui manque de l'emporter. La médecine étant assez approximative à l'époque, les barbiers qui possèdent des outils effilés font office de chirurgien. Le sien Charles-François Félix a les portes ouvertes des prisons et galères royales pour s'exercer... Il crée un bistouri recourbé et opération réussie acquiert la célébrité. Lully compose pour la guérison du roi, un hymne " Grand Dieu sauve le Roy". Remarqué et récupéré un peu plus tard par les Stuart ou Hændel, le morceau devient hymne anglais. Les sujets britanniques savent-ils lorsqu'ils entonnent le God Save the King qu'ils prient pour la cicatrisation d'un royal séant français ?