lundi 22 avril 2019

THINKERVIEW


Le cygne noir est un animal rare. C'est depuis 2013 le logo d' une chaine YouTube (plus de 300000 abonnés) inspirée du hacking, produite par le collectif Les Parasites. Le format en est simple /1h30 environ /en direct (puis en podcast) / un invité sur fond noir parle d'un sujet politique, environnemental, géo-politique, financier, stratégique, médiatique... au détour de son oeuvre ou de son parcours "cuisiné" par un animateur invisible (Bertrand Calinou alias Sky). On est loin des JT formatés de Delahousse ou Pernaud, de la pensée dominante libérale et de la macronie. Si vous voulez entendre Todd, Ruffin, Polony, Lancelin, Chouard, Meurice, Lucet, Taddeï, Bégaudeau, Servigne, Branco ou Juillet, Asselineau, Barrau, Stiegler, Berruyer... et des dizaines d'autres déployer leur pensée sur un temps assez long...ThinkerView. C'est passionnant mais un poil désespérant. Un conseil: pas plus d'une par jour. Fin du monde programmée, effondrement de la civilisation, trahison des élites... c'est noir - noir comme le cygne, comme la théorie de Taïeb, noir comme le ciel à venir.









samedi 20 avril 2019

VA SAVOIR CHARLES


" L'idéal, c'est de mourir pour ses idées ; 
la politique c'est d'en vivre. "   Péguy

jeudi 18 avril 2019

TOUT VA AU GRAND CORPS QUI EST LÀ ...

Jean-Luc Mélenchon nous a habitué à quelques écarts colorés et rodomontades musclées. C'est aussi un grand esprit, fédérateur parfois. Pour ceux qui en doutent ...
"Athées ou croyants, Notre-Dame est notre cathédrale commune. Le vaisseau, la nef qui nous porte tous sur le flot du temps. Et je crois que nous l’aimons de la même façon. Il y a ceux pour qui la main de Dieu est à l’œuvre dans l’édification de ce bâtiment. Mais ils savent que si elle y parait si puissante, c’est sans doute parce que les êtres humains se sont surpassés en mettant au monde Notre-Dame. Et d’autres, ceux qui connaissent le vide de l’Univers privé de sens et l’absurde de la condition humaine, y voient par-dessus tout cette apothéose de l’esprit et du travail de milliers de femmes et d’hommes durant deux siècles et depuis plus de huit cent ans. Ils ressentent ce que la cathédrale a signifié depuis sa première heure, quand elle n’était encore qu’un plan, et à l’instant où fut planté le clou d'or...

mercredi 17 avril 2019

GAME OF TRÔNE


Il était une fois dans un lointain royaume, un jeune prince très beau et très intelligent. Le peuple l'aimait beaucoup car il avait détrôné le roi fainéant Flamby 1er  et avait empêché la méchante reine Matrine d'accéder au pouvoir. En ce temps là les princes très riches faisaient élire par le peuple leur prétendant presque inconnu quelque temps auparavant. En remerciement le prince leur faisait des petites remises fiscales sur la dîme et l'impôt. Ils étaient contents et le peuple qui est toujours un peu con, aussi. Tout allait bien. Mais le blé venant à manquer, certains manants se révoltèrent, occupèrent les octrois et s'habillèrent en jaune comme des félons. Ah, aaah ! fit le prince qui organisa un genre d'états généraux pour récolter des doléances en se demandant ce qu'il allait bien en faire. Le ciel vint à son secours, car le jour de son allocution un incendie providentiel frappa la plus belle église du royaume. Une partie brula et tous étaient tristes. Chacun donna une pièce ou un écu pour la reconstruire, en particulier les princes qui donnèrent beaucoup d'argent, car ils aimaient bien le dépenser à leur guise, aimaient être aimés et aussi parce que ça leur permettait de payer un peu moins de dîme et d'impôts. Bref, en un jour on amassa une somme  fabuleuse. Tout le monde était content, y compris le peuple qui adore être content. On allait réentendre les trompettes résonner dans la nef du grand vaisseau de pierre. Mais dans l'ombre la révolte couvait toujours. Le prince de Lumière arriverait-il à mater les félons jaunes ?

mardi 16 avril 2019

NOTRE-DRAME-DE-PARIS


Une cathédrale en flamme dans une ville en pleurs... Toulouse, Nougaro ?  Non ! Paris, Notre-Dame.
Ce pays va t-il bien ? En marge d'un grand débat, de théorie du complot, de crispations sociales, fiscales, économiques, territoriales, communautaires, d'une perte de repères, un symbole national prend feu et un peuple sidéré regarde. Vaisseau de pierre et de bois ancré au bord d'un fleuve, forêt de pieux plantée dans la terre, flammes de sang montant dans l'air. L'oeuvre alchimique opère dans le creuset. Le livre de pierre gémit, la nef brûle, la flèche s'effondre. Mais au travers des épaisses volutes de fumée perce un rayon de soleil. N'en déplaise à certains il y a une culture française, bien sûr enrichie de tous les apports extérieurs. Il y a une histoire française, un génie français, un savoir-faire et une identité française. Pour toutes ces raisons on reconstruira et on sera fiers. Messieurs les milliardaires, ne restera plus qu'à être généreux pour le reste - l'essentiel  puisque la planète aussi brule et que l'homme meurt... mais ceci est une autre Histoire.


dimanche 14 avril 2019

GASTON COUTÉ


Vous voulez savoir si vous êtes définitivement perdu pour le vent libertaire ? Ecoutez Gérard Pierron chanter Gaston Couté. Si "La Paysanne" vous laisse de marbre - n'insistez pas... Sinon enivrez vous : Pierron, Robine, Ogeret... toute une armée d'Amoureux-Anarchistes interprètent le poète et chansonnier beauceron. Sacré Gaston ! La tuberculose, l'absinthe et les privations t'auront évité de voir le grand carnage de 14. Allez enfants du vent - va-nu-pieds des herbes folles, entonnez "Les conscrits" "Le gars qu'a perdu l'esprit" "Les cailloux" "La complainte des ramasseuxd'morts" "Les mangeux d'terre" "Le chant de naviots"... et si vous croisez un marchand de canons murmurez lui à l'oreille que sur le fumier du peuple fleurissent aussi des roses. 

mardi 9 avril 2019

PENSÉES POUR MOI MÊME






































Quand tu veux te rendre heureux, pense aux mérites de ceux qui vivent avec toi, par exemple, chez l'un l'énergie dans l'action, chez l'autre, la réserve, chez celui-ci la libéralité, chez celui-là, telle autre qualité. Car rien ne donne tant de joie que les images des vertus, quand elles se révèlent et se rencontrent ensemble dans les dispositions morales de nos compagnons. C'est pourquoi, cela aussi il faut l'avoir présent à l'esprit.      Marc Aurèle

samedi 6 avril 2019

CRÉPUSCULE




...ou l'heure de Juan Branco. Ce garçon doit énerver, comme un séminariste défroqué bouffant de la soutane doit irriter le Saint Siège. Issu du sérail, passé par Normale Sup, Sciences Po Paris, Yale, Bercy, le PS embourgeoisé, promis aux postes clés, il prend conscience de sa dérive, refuse de se laisser absorber par le "petit Paris" et balance sur la République dévoyée où les élites sclérosées se reproduisent entre elles, où les représentants nationaux ne représentent qu'une caste, où les effets de cour, de corruption, les flatteries, les cooptations façonnent les esprits et propulsent les candidats indifférents à la question sociale, sans projet de bien commun,  ne servant que leurs propres intérêts. Il dénonce les oligarques, rentiers de l'état, traitres à la démocratie participative, leurs grandes écoles/grands corps, leur darwinisme social, leur entre-gent, leurs codes, et leur collusion avec la presse "libre" détenue par les milliardaires. Après une déconvenue aux législatives (FI) le journaliste militant a été conseiller juridique de Julian Assange (Wikileaks/ ambassade d'Equateur à Londres) et avocat de Maxime Nicolle (alias Fly rider leader gilets jaunes qui en sort de bonnes sur les francs-maçons mais peu importe !) Il faut choisir: Robin des bois ou le prince félon, Spartakus ou Pompée,  Louise Michel ou Thiers, Branco ou Bernard Arnaud, Lagardère, Niel et consorts... Les révoltes serviles finissent mal en général. Celle en cours échappera t-elle à la règle ? Rien n'est moins sûr. C'est partial assurément et participe du petit jeu médiatico-politique qu'il dénonce mais étayé. Si cette lumière blafarde de démocratie vous parle : "Crépuscule"/Macron et les oligarques /Au diable vauvert/ PDF sur le Web  ou vidéo www.youtube.com/watch?v=yEtmZKE5jhw


PS: frères humains ou frères tout court que ce post irrite argumentez avec calme humour et bienveillance ou passez votre chemin...


vendredi 29 mars 2019

LITTLE REGINA



"L'émeraude ne perd pas de sa valeur
 faute de louanges "  

Marc Aurèle

dimanche 24 mars 2019

OSÉE JOSÉPHINE


Madame Baker aura eu mille vies et livré mille combats. Née pauvre dans le Missouri la danseuse de revue ne possède que ses 19 ans,  son corps sculptural de noire afro-américaine et son énergie. En affolant le Paris des années folles par sa nudité, ses cheveux gominés, ses yeux qui riboulent, sa danse cubiste, elle acquiert immédiatement la notoriété. On applaudit à tout rompre la Vénus noire de la revue Nègre ou l'on se scandalise - comme toujours ... mais a star is born. 
Les pas de bottes martèlent le pavé, les canons se dressent, les peuples se déchirent. Joséphine naturalisée en 37 propose ses services au pays qui la faite,  part à Casablanca avant le débarquement des alliés en Afrique du Nord et s'acquitte de missions de renseignement. Micro film dans le soutien gorge, partitions cryptées - Le corps comme bagage , l'art comme laissez-passez. Libération/médaille/médaille/médaille. 
L'Amérique des années 60 n'est pas très tendre envers ses enfants de couleur. Joséphine apporte son soutien au pasteur Martin Luther King. Ne pouvant avoir d'enfant, elle adopte avec son mari de l'époque Jo Bouillon, douze orphelins de différents horizons, religions et couleurs de peau. Ses rêves de village de la fraternité et de tribu arc-en-ciel prennent vie au château de Milandes dans le Périgord. L'âge et la réalité la rattrapent. Divorce, difficultés financières. Milandes est vendu malgré le soutien des artistes et des Grimaldi. Joséphine remonte sur les planches et meurt d'un accident cérébral en 1975 au troisième jour de sa tournée. Cette franc-maçonne (GLFF 1960) aura chanté la fraternité dans sa vie de femme et d'artiste, aimé son pays, Paris et surtout passionnément... la vie.

dimanche 17 mars 2019

LE CRÉPUSCULE DES IDOLES


Etranges les rapports entre Frederich Nietzsche et sa soeur Elisabeth. Leur admiration pour Wagner les rapproche, puis les éloigne, le philosophe ne voyant plus dans le compositeur que le chantre d'un germanisme suranné. La soeur est antisémite, le frère ne l'est pas. Elle part créer avec son mari une  nouvelle colonie aryenne au Paraguay mais ne doit sa survie qu'au secours des populations indigènes. Foutues races inférieures... 1885/ Zarathoustra écrit en 6 semaines, Dieu est mort, le surhomme... Par delà le bien et le mal, l'existentialisme avant l'heure, puis le bug ! Nietzsche est terrassé par une paralysie générale sans doute d'origine syphilitique. Le génie n'est plus qu'une moustache ébouriffée au regard vide au fond d'un lit. La soeur chouchoute dix ans durant le frère vénéré, réalise des compilations de notes éparses et publie " la Volonté de Puissance" que jamais l'auteur du Gai Savoir n'aurait publié en l'état, puis fricote avec le führer dont les théories raciales la ravissent. Elle meurt au coeur du pouvoir nazi en 1935, rejoignant son frère mort 35 ans plus tôt. Frederich prétendait que les femmes des hommes célèbres étaient des paratonnerres. On sait que s'abriter sous un grand arbre ne préserve pas de la foudre... 


dimanche 10 mars 2019

LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNÉ


1829. Un livre parait sans préface, sans nom d'auteur - Long plaidoyer contre la peine de mort. Un condamné anonyme, ni truand, ni héros dont on ignore le crime couche sur le papier ses angoisses avant l'heure fatidique. Victor Hugo ne revendique l'ouvrage que trois ans plus tard et le préface à trois reprises. Il y dénonce un châtiment horrible plus qu'injuste, critiquant la justice, l'église et la royauté. On connait le dénouement en France 150 ans plus tard: 1981-Badinter-Mitterrand... L'engin conçu par le franc maçon et docteur Guillotin finit au musée. Au XXIème siècle, la peine de mort apparait encore comme un juste châtiment dans bon nombre de pays. Méfions nous ici des hommes qui prient Dieu avant de tuer. Une belle conférence d'Agnès Spiquel professeur émérite de littérature à l'Université de Valenciennes, visible sur le Web remet l'œuvre en perspective, lumineuse et intelligente comme la dame. Mais le temps passe... une prochaine fois nous parlerons de torture.

dimanche 3 mars 2019

PORTE-VOIX


Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre  George Orwell

samedi 2 mars 2019

LES RÉSEAUX DE LA COLERE


"C'est un con fini". Le jugement tombe comme un couperet.  Votre post partagé sur un médiatique philosophe normand ne fait pas l'unanimité. En général le point Godwin ne tarde pas... "Goebbels de la pensée, manipulateur, nihiliste"... Forcément et par transitivité - puisque vous appréciez le dit philosophe- vous devenez vous même suspect, un genre de kapo, manipulé, stalinien, bobo altermondialiste... une merde quoi ! CQFD. C'est génial Facebook ! Ce qui devait être un moment de conversation devient une sortie de tranchée sous un tir nourri de mitrailleuse. Essayez aussi avec une patronne de presse rousse, un insoumis, les gilets jaunes, le hijab, le glyphosate, notre président... mais n'oubliez pas bien sûr votre casque lourd.  Si votre truc c'est plutôt la sérénité continuez avec des vidéos de chat, des phrases de maître yogi, ou des photos du Mont Saint Michel. Le like tombera nimbé de cœurs - inodore - incolore et sans saveur. Beaucoup de colère sur les réseaux sociaux, beaucoup de frustration de ne pas être écouté, celle là même qui pousse des concitoyens dans la rue. La république facebookienne se dresse qui plante les têtes sur la pointe agressive du pouce bleu. Certains se disent sans doute: " Aucun fils, aucune fille de la veuve" n'est atteint de ce syndrome de la Tourette numérique, car ceux-là construisent leur pensée à grand coup de truelle, de sagesse de force et de beauté sous l'oeil  affuté de la Providence.
Mmmmhh!!!! Surprise-surprise.


vendredi 22 février 2019

LES NADAR



Oui Les Nadar. Car si la mémoire a retenu Félix,  Adrien son demi-frère, Paul son fils et Ernestine sa femme  ont aussi contribué à l' éclat du pseudonyme. Sous la Monarchie de Juillet puis le Second Empire, en réaction au pouvoir bourgeois la bohème politique, littéraire, artistique parisienne exprime ses attentes, sa fantaisie dans les cafés, les journaux satiriques, les fêtes incessantes ou l'amour libre, l'alcool et les idées nouvelles circulent. Ils rêvent d'un autre monde, de République et de gloire. Félix Tournachon/ Tournadar/ Nadar en est, comme Beaudelaire, Banville, Nerval, Gavarni, Daumier... La société est friande de science et de nouvelles technologies. Lithographie, photographie, aérostat prennent leur envol... Les ateliers photographiques fleurissent. Le tout Paris vient s'y faire tirer le portrait dans des décors de théâtre. Félix crée le sien au 35 boulevard des capucines. Touche à tout génial, écrivain, caricaturiste, aéronaute,  il s'y fait un nom grâce à cet art balbutiant, son réseau et son sens des affaires. Le nom ? Revers de la médaille de cette boulimique énergie. Toute leur vie les protagonistes en réclamèrent l'exclusivité, Félix bien sûr, mais aussi Adrien peintre rêveur et créatif, puis Paul seul photographe de métier et vrai professionnel. L'ego, le désir de réussite, ou la peur de disparaitre les firent se déchirer et s'éloigner. Révélateur ce besoin d'être au centre de l'image, comme s'il n'y avait pas assez de place pour plusieurs ombres sur un tirage.         
-Ne bougez plus vous êtes dans la boite...