lundi 8 juillet 2019

ANNE VANDERLOVE


Il ne faut pas laisser les voix s'en aller, sans les accompagner, sans hurler avec elles... Anne Vanderlove est morte à 75 ans le 29 juin dernier dans un silence assourdissant. Elle avait connu des débuts fulgurants dans les années 60. Visage antique et voix cristalline, textes poétiques parfois teintés de politique - dans la lignée de Joan Baez. Laissez la vestale de mai 68 instiller dans vos oreilles " La ballade de Novembre" / "les Petits cafés" / "La fontaine de Dijon" / "Je me suis souvent demandé" (Richard Anthony) qui conclut à propos des injustices - "Mais un jour il faudra payer"... Pas de chance, Anne tu es partie avant qu'on ne règle l'addition. La vie n'est pas linéaire, mais toujours passionnante quand je découvre à l'occasion de ce post que l'artiste est la voix céleste de l'album crépusculaire de Manset / La mort d'Orion, ou que par amour elle a participé à un braquage de banque. Rebelle comme le jour, à jamais love for you Anne.

dimanche 7 juillet 2019

LE TOUR DE FRANCE


Les rendez-vous sportifs  martèlent le temps et l'espace à dates fixes dans des lieux sacralisés : Roland Garros, J.O, Coupe du monde, Championnats du monde, courses en solitaires... à la fois pour nous tenir en haleine, nous rendre fiers et nous anesthésier. Le tour de France n'échappe pas à la règle. Ritualisé, médiatisé, mondialisé, labellisé France il n'est plus q'une opération de com' pour équipementiers et champions suspects, un rendez-vous pour camping caristes du monde entier. S'il vous plait rendez nous les duels Bartali /Copi - Anqueti/Poulidor - Merckx/Ocana -  avec des vraies figures qui même bourrées d'amphet' écrivaient la course avec leurs tripes et leurs pneus en boyaux. Rendez nous Bartali le Juste, Garin, Pélissier, Christophe le Gaulois, Bobet, Bahamontés, Robic, Géminiani le Grand fusil, Hinault le Blaireau... S'il vous plait, oubliez la montre, la tactique et les droits télé. Rendez nous le panache.